Banque à tout faire

Alors que certains établissements bancaires vendent des bouteilles de vin ou des agendas, la BNP lance son propre service « maroquinerie » avec, à la clé, des offres soi-disant avantageuses pour les clients fidèles. Personnellement je recherche une banque qui puisse me fournir un rétroviseur avant gauche électrique pour clio 2.

« Bienvenue dans le service maroquinerie de votre banque »… Non, vous ne rêvez pas, c’est un nouveau service que propose la BNP-Paribas à ses clients qui viennent de renouveler leur carte bancaire, Visa Premier notamment. Au bout du fil (tél. 0 805 464 505, appel gratuit heureusement !), une charmante voix vous invite à lui communiquer le code imprimé sur le document publicitaire qui accompagne la lettre vous invitant à retirer en agence votre nouvelle carte bancaire, puis de préciser vos nom et prénom. En échange, vous recevrez gratuitement un « élégant porte-cartes en cuir gravé à vos initiales et aux 4 coins dorés à l’or fin ». Vous aurez même le choix entre quatre coloris différents. Et puisque vous êtes un client « fidèle » de la banque, l’hôtesse insistera pour vous faire profiter à moitié prix (53 € tout de même) d’un cadeau Elégance, comprenant « un élégant porte-chéquier personnalisé » et « un porte-monnaie fer à cheval, très à la mode dans les années 60 – 70 ».

On connaissait déjà les banques et les sociétés d’assurance qui offrent gratuitement un agenda en cuir la première année pour mieux faire payer la recharge les années suivantes, celles aussi qui proposent des vins de Bordeaux à leurs clients. Décidément, le métier de banquier ou d’assureur mène à tout. Après la maroquinerie, à quand la cordonnerie minute ?

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

On a les héros que l’on mérite

L’ex footballeur millionnaire, qui  a su rester proche de peuple (si si la preuve il se rase avec des rasoirs en plastique ) et qui faisait « trembler » les banques début Décembre 2010, se voit contredit par sa femme.

Pour mémoire Eric Cantona avait lancé un appel ,au petit peuple pas aux « people », à vider en masse leurs comptes en banque dans une vidéo diffusée le 7 octobre. Il va s’en dire que seul les médias ont montré de l’intérêt pour un projet aussi foireux.

Non seulement nous avions appris au mois de Janvier que l’improbable révolutionnaire du PAF n’avais pas retiré d’argent le 7 Décembre comme il le recommandait. Mais en plus, en Avril de la même année sa femme, l’actrice Rachida Brakni, était à l’affiche d’une campagne publicitaire pour la banque LCL. Ce spot télévisé a été diffusé du 4 au 25 avril dernier et vantait l’engagement de l’établissement bancaire sur le prêt immobilier (sans doute pour éviter que les prix de l’immobilier ne s’effondrent ce qui convenons en serait un drame national….).

Les mauvais esprit pourraient s’étonner que peu de gens connaissent cette « si brillante actrice » qui a défaut d’être une fille « de » restera une femme « de »; ou que le choix d’une banque aussi irréprochable que le LCL (oui oui le crédit lyonnais) soit plus que discutable. Rassurez vous le magasine L’Express nous apporte la véritable raison de cette campagne publicitaire.

Le magazine L’Express du 26 janvier 2011 révèle les trois cachets de l’actrice. En 2007, elle aurait ainsi touché 100 000 euros (bruts), en 2008, 110 000 euros, et en 2010, la rediffusion de cette campagne lui aurait permis de toucher… 121 000 euros !

Ajoutez à cela qu’elle représente aussi la marque L’Oréal qui bénéficie depuis quelques mois d’une image plus que sulfureuse…..et vous conviendrez que l’on a les héros que l’on mérite.

 

Publié dans Uncategorized | 1 commentaire

Comment faire plier sa banque

En utilisant une jurisprudence de la Cour de cassation, l’UFC-Que Choisir du Pays basque a obtenu le remboursement de frais injustifiés facturés à des clients à découvert.

C’est une décision de justice qui aura bientôt 2 ans, mais que les consommateurs connaissent encore mal. Pourtant, elle leur est très favorable. En février 2008, la Cour de cassation a considéré que les « frais de forçage» en cas de découvert non autorisé devaient être inclus dans le calcul du taux effectif global.

Si le vocabulaire est très technique, la portée de la décision est facile à comprendre. En cas de découvert, votre banque vous facture des agios. Ils ne peuvent pas dépasser un certain taux d’intérêt sous peine de franchir le seuil de l’usure, ce qui serait un délit. Revu chaque trimestre, ce taux d’usure pour un découvert était de 19,67 % au 1er janvier 2011. Les banques connaissent leur métier et ne franchissent jamais la ligne jaune. Du moins en apparence. Mais à y regarder de plus près, elles facturent aussi à leurs clients ayant dépassé les limites de leur découvert autorisé des commissions d’intervention. Autrement appelées « frais de forçage », ces pénalités censées correspondre à un travail comptable et administratif fourni par la banque atteignent facilement 10 euros par découvert. Comme elles sont cumulables, en cas d’incidents fréquents, l’addition sur quelques mois peut dépasser 100, 200 ou 500 euros. En intégrant ces sommes au calcul du taux d’intérêt réellement pratiqué par la banque, le taux d’usure explose. Et c’est précisément le sens de l’arrêt de la Cour de cassation : les frais de forçage doivent être pris en compte.

Compte clôturé dans la foulée

Forte de cette jurisprudence, l’UFC-Que Choisir du Pays basque a entrepris d’aller systématiquement en justice contre les banques pour obtenir le remboursement des sommes indûment payées par des consommateurs qui la sollicitent. Sur une douzaine d’agences attaquées, la grande majorité ont transigé avant l’audience, signant avec les clients des protocoles d’accord confidentiels. Trois sont allées jusqu’au bout, et elles ont perdu. Il s’agit de la Société générale à Hendaye, de la BNP à Anglet et du CIC à Bayonne. Elles ont été condamnées en mars, juin et septembre 2010 à rembourser à leurs clients 539,60 euros, 980,10 euros et 3 512 euros !

« La marche à suivre est très simple, explique Jean Furgerot, vice-président de l’UFC-Que Choisir du Pays basque. Il suffit d’envoyer un courrier à son agence en demandant le remboursement des intérêts payés au-delà du taux d’usure. Les banques répondent par un courrier type de refus. Il faut alors annoncer son intention de saisir le juge de proximité. » Rattaché au tribunal d’instance ou à la cour d’appel la plus proche, ce dernier est compétent quand les sommes en jeu n’excèdent pas 4 000 euros. En général, la simple menace suffit.

Attention toutefois. Comme le souligne Jean Furgerot, les banques sont mauvaises perdantes. « Elles clôturent en général les comptes des plaignants. Au minimum, elles leur retirent leurs autorisations de découvert. » Mieux vaut donc être résolu avant d’engager le bras de fer. Mais si le consommateur entend faire valoir ses droits, sur le point précis des frais de forçage, le droit est totalement de son côté et il a de très fortes chances de gagner la partie.

Erwan Seznec

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Les banques et les médias à l’assaut de Wikileaks

La banque américaine Bank of America a annoncé samedi qu’elle avait décidé de suspendre toutes les transactions destinées au site internet de publication de documents secrets WikiLeaks.

« Bank of America se joint aux mesures annoncées précédemment par MasterCard, PayPal, Visa Europe et d’autres et n’effectuera plus aucune transaction de quelque type que ce soit dont elle ait des raisons de croire qu’elle puisse être destinée à WikiLeaks », a indiqué un porte-parole de la banque, Scott Silvestri.

« Cette décision se fonde sur le fait que nous avons des raisons de penser que WikiLeaks pourrait être engagé dans des activités qui sont, entre autres, contraires à notre politique interne de paiements », a ajouté M. Silvestri dans un communiqué. On avait jamais vu une banque américaine aussi scrupuleuse vis à vis de sa politique interne de paiements. La crise aurait elle moralisée nos très cher banques?

La réponse de WikiLeaks ne s’est pas faite attendre: Julian Assange, son fondateur, a dénoncé « une nouvelle forme de maccarthysme financier aux Etats-Unis », alors qu’il se prépare à diffuser de nombreux documents sur le système financier, après ses informations sur la diplomatie.

Sur un blog intitulé « AnonOps Communications », un groupe de hackers favorables à WikiLeaks et à son fondateur, a « appelé tous ceux qui aiment la liberté à fermer leurs comptes à Bank of America ».

Le mois dernier, M. Assange avait promis des informations de nature à faire tomber « une banque ou deux » avec la publication de documents compromettants pour la direction d’une « grande banque américaine ».

La prochaine vague de révélations de WikiLeaks portant sur les institutions financières était attendue en Janvier.  Enfin, « attendu »le mot est un peu fort puisque l’information n’a que très peu été relayée dans les journaux. Une mention toute particulière au journal Le Monde qui en a parlé dans sa rubrique technologie…..Attention le journal de centre gauche n’a pas à rougir face à son concurrent de droite Le Figaro qui lui s’est contenté d’une dépêche AFP.

 

 

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Pour en rire….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire

Citations sur les banques

Napoléon Bonaparte,
Empereur Français (1769-1821)
Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.

Si vous voyez un banquier se jeter par la fenêtre, sautez derrière lui: vous pouvez être sûr qu’il y a quelque profit à prendre.
Citations de François Marie Arouet, dit Voltaire

Un dépôt est une contribution charitable à l’avenir de votre banque.
Ambrose Bierce

Les journaux regorgent d’histoires de braves gens pris en otages à la banque par des gangsters, mais ils restent muets sur les cas, pourtant plus fréquents, de clients pris en otages pas leur banquier.
Roland Topor

« Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques  priveront les gens de  toute possession, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession,  jusqu’au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis »
Thomas Jefferson (1802)

« La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas. »
Confucius

« Si vous devez cent dollars à la banque, c’est votre problème. Si vous devez cent millions de dollars à la banque, c’est le problème de la banque. »
John Paul Getty

« Banquier: Homme secourable qui vous prête un parapluie quand il fait beau, et vous le réclame dès qu’il commence à pleuvoir. »
Dictionnaire humoristique
Citations de René Bergeron

« Quand un pêcheur vous confie qu’il a affronté la tempête, comprenez qu’il sort de chez son banquier. »
Dans A poèmes ouverts, anthologie 50 poètes d’aujourd’hui (2008)
Citations de Hubert Lucot

Marshall McLuhan, « gourou » des médias
Seuls les petits secrets doivent être protégés. Les grands sont gardés secrets par l’incrédulité du public.

Goethe
Personne n’est plus en esclavage que celui qui croit à tort qu’il est libre

Lenine
Le moyen le plus sûr de renverser un ordre social existant consiste à corrompre la monnaie.

Maurice Allais,
Prix Nobel de Sciences Économiques 1988
Par essence, la création monétaire ex nihilo que pratiquent les banques est semblable, je n’hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi. Concrètement elle aboutit aux mêmes résultats. La seule différence est que ceux qui en profitent sont différents.

Henry Makow
Les banquiers Illuminati gouvernent le monde grâce à la dette qui correspond à l’argent créé à partir du néant. Ils ont besoin de gouverner le monde pour s’assurer qu’aucun pays ne faiblisse ou ne tente de les renverser. Aussi longtemps que les banques privées, au lieu des gouvernements, contrôleront la création de l’argent, la race humaine sera condamnée. Ces banquiers et leurs alliés ont tout acheté et tout le monde.

Mécanique de l’argent moderne,
Banque de Réserves Fédérale de Chicago.
Le processus proprement dit de la création monétaire se passe principalement dans les banques… les banquiers ont découvert qu’ils pourraient faire des prêts simplement en donnant leur promesse de payer, ou des billets de banque, à des emprunteurs. De cette façon les banques ont commencé à créer l’argent. Les dépôts de transaction sont les contreparties modernes des billets de banque. C’était une petite étape d’imprimer des billets en les créditant dans les livres comptables des dépôts des emprunteurs, que les emprunteurs alternativement pourraient « dépenser » en faisant des chèques, « imprimant de ce fait » leur propre argent.

Woodrow Wilson,
ancien président des Etats-Unis
Certains des plus grands hommes des Etats-Unis, dans le domaine du commerce et de la production, ont peur de quelque chose. Ils savent qu’il existe quelque part une puissance si organisée, si subtile, si vigilante, si cohérente, si complète, si persuasive… Qu’ils font bien, lorsqu’ils en parlent, de parler doucement.

John Kenneth Galbraith,
économiste
Le procédé par lequel les banques créent de l’argent est tellement simple que l’esprit en est dégoûté.

Graham F. Towers
gouverneur de la Banque du Canada 1934-54
Chaque fois qu’une banque fait un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé. De l’argent tout neuf.

Napoléon Bonaparte,
Empereur Français (1769-1821)
Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. […] L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain.

David Rockefeller,
Commission Trilatérale, 1991
Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, au magazine Time, et aux autres grandes publications dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leurs promesses de discrétion depuis presque quarante ans. Il aurait été pour nous impossible de développer notre projet pour le monde si nous avions été exposés aux lumières de la publicité durant ces années. Mais le monde est aujourd’hui plus sophistiqué et préparé à l’entrée dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale des siècles passés.

Rothschild Brothers of London
Les quelques personnes qui comprennent le système (argent et crédits) seront soit tellement intéressés par les profits qu’il engendre, soit tellement dépendantes des faveurs qu’il conçoit, qu’il n’y aura aucune opposition au sein de cette classe. D’un autre côté, les personnes incapables d’appréhender l’immense avantage retiré du système par le capital porteront leur fardeau sans se plaindre et peut-être sans même remarquer que le système ne sert aucunement leurs intérêts

William Lyon Mackenzie King,
ex-premier ministre du Canada
Jusqu’à ce que le contrôle de l’émission de devises et de crédit soit restauré au gouvernement et reconnue comme sa responsabilité la plus flagrante et la plus sacrée, tout discours sur la souveraineté du Parlement et la démocratie est vain et futile… Une fois qu’une nation abandonne le contrôle de ses crédits, il n’importe plus qui fait ses lois… L’usure, une fois aux commandes, coule n’importe quelle nation.

Abraham Lincoln,
président des Etats-Unis, assassiné
Le gouvernement devrait créer, émettre, et faire circuler toutes les devises et tous les crédits nécessaires pour satisfaire les dépenses du gouvernement et le pouvoir d’achat des consommateurs. En adoptant ces principes, les contribuables économiseraient d’immenses sommes d’argent en intérêts. Le privilège de créer et d’émettre de la monnaie n’est pas seulement la prérogative suprême du gouvernement, mais c’est aussi sa plus grande opportunité

James A. Garfield,
président des Etats-Unis, assassiné
Celui qui contrôle le volume de la monnaie dans notre pays est maître absolu de toute l’industrie et tout le commerce… et quand vous réalisez que le système entier est très facilement contrôlé, d’une manière ou d’une autre, par une très petite élite de puissants, vous n’aurez pas besoin qu’on vous explique comment les périodes d’inflation et de déflation apparaissent.

John Adams,
père fondateur de la Constitution américaine
Toute la perplexité, la confusion, et la détresse en Amérique ne provient pas des défauts de la Constitution ou de la Confédération ni du désir d’honneur ou de vertu mais de notre ignorance profonde de la nature des devises, du crédit, et de la circulation.

Woodrow Wilson,
président des Etats-Unis 1913-1921
Je suis un homme des plus malheureux. J’ai inconsciemment ruiné mon pays. Une grande nation industrielle est contrôlée par son système de crédit. Notre système de crédit est concentré dans le privé. La croissance de notre nation, en conséquence, ainsi que toutes nos activités, sont entre les mains de quelques hommes. Nous en sommes venus à être un des gouvernements les plus mal dirigés du monde civilisé un des plus contrôlés et dominés non pas par la conviction et le vote de la majorité mais par l’opinion et la force d’un petit groupe d’hommes dominants.

Benjamin Franklin
L’incapacité pour les colons d’obtenir le pouvoir d’émettre leur propre argent à l’écart des mains de Georges III et des banquiers internationaux fut la raison PRINCIPALE de la guerre d’indépendance.

Sir Josiah Stamp,
Directeur de la Banque d’Angleterre 1928-1941
(Réputé 2e fortune d’Angleterre à cette époque)
Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et en un tour de mains ils créeront assez d’argent pour la racheter. Otez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

Léon Tolstoï
L’argent est une nouvelle forme d’esclavage, il se distingue de l’ancienne simplement par le fait qu’il est impersonnel, il n’y a pas de relation humaine entre le maître et l’esclave

Encyclopædia Britannica, 14ème Edition
Les banques créent du crédit. C’est une erreur de croire que le crédit des banques est créé dans toute mesure par le versement d’argent aux banques. Un prêt créé par la banque constitue un ajout significatif au volume d’argent de la communauté.

Lord Acton,
Lord Chief Justice of England, 1875
Le problème récurrent au cours des siècles derniers et qui devra être réglé tôt ou tard est celui du conflit qui oppose le Peuple aux banques.

Sir Josiah Stamp,
Governor of Bank of England, 1920
Les banquiers détiennent la Terre. Si vous souhaitez rester leurs esclaves et payer le coût de votre propre esclavagisme, alors laissez les continuer à créer de l’argent.

M. Phillip A. Benson,
Président de l’association American Bankers’ Association, 8 juin 1939
Il n’existe pas de moyen plus efficace pour prendre le contrôle d’une nation que de diriger son système de crédit (monétaire).

Andrew Gause,
historien de la monnaie
Une chose à comprendre à propos de notre système de réserve fractionnaire est que tel lors d’un jeu de chaises musicales, aussi longtemps que la musique tourne, il n’y a pas de perdants.

Irving Fisher, économiste et auteur
Ainsi notre moyen national d’échange est maintenant à la merci des transactions de prêts des banques, qui prêtent, non pas de l’argent, mais des promesses de fournir de l’argent qu’elles n’ont pas.

Marriner S. Eccles,
gouverneur et président du CA de la Fed
S’il n’y avait pas de dette dans le système, il n’y aurait aucun argent.

Abraham Lincoln, Président des Etats-Unis
Le gouvernement devrait créer, émettre et favoriser la circulation des monnaies et des crédits nécessaires à la satisfaction du besoin de dépense du gouvernement et du besoin d’achat des consommateurs. L’adoption de ces principes doit permettre aux contribuables d’économiser le paiement d’un gros volume d’intérêts. L’argent cessera de gouverner et se mettra au service de l’humanité.

Rothschild
Permettez-moi d’émettre et de contrôler les ressources monétaires d’un pays et je me moque de celui qui écrit ses lois.

Charles A. Lindbergh
Le système financier est devenu la Banque centrale américaine (Federal Reserve Board). Cette banque centrale gère un système financier au moyen d’un groupe de purs profiteurs. Ce système est privé et son seul objectif consiste à réaliser les profits les plus énormes possibles en utilisant l’argent des autres. Cette loi (de la Réserve fédérale) démontre la plus grande preuve de confiance au monde. Lorsque le président signe cet acte, il légalise le gouvernement invisible par le pouvoir monétaire. Les personnes ne s’en rendent peut-être pas compte pour le moment mais le jour du jugement n’est plus qu’à quelques années, le jour du jugement de cet Acte qui représente le pire crime de tous les temps commis au nom de la loi par l’intermédiaire d’un projet de loi.

Il est appréciable que le peuple de cette nation ne comprenne rien au système bancaire et monétaire, car si tel était le cas, je pense que nous serions confrontés à une révolution avant demain matin.

American’s Bulletin
Nous avons été communisés : la production doit être régulée de manière impitoyable par rapport à la consommation ou …. la fraude du crédit bancaire au détriment du public sera révélée

Henry Ford
La jeunesse qui pourra résoudre la question monétaire fera plus pour le monde que toutes les armées de l’histoire

Louis McFadden
Nous possédons dans ce pays l’une des institutions les plus corrompues que le monde ait jamais connu. Je veux parler de la Banque centrale américaine. Cette institution a appauvri les citoyens des Etats-Unis et a presque mené notre gouvernement à la faillite. Tout ceci est dû aux pratiques frauduleuses des vautours qui contrôlent cette situation. Un super état dirigé par les banquiers et les industrialistes internationaux qui s’associent avec plaisir pour asservir le monde

Robert H. Hemphill, gestionnaire de crédits,
Fed, Atlanta, Géorgie
Si les banques créent assez d’argent synthétique, nous prospérons ; sinon, nous sombrons dans la misère. Nous sommes, définitivement, sans système monétaire permanent. Quand on a une vision complète de l’ensemble, l’absurdité tragique de notre position désespérée est presque incroyable, mais il en est ainsi.

1924 US Banker’s Association Magazine
Le capital doit assurer sa propre protection par tous les moyens possibles, grâce à la coalition et à la législation. Les dettes doivent être collectées et les hypothèques interdites le plus rapidement possible. Lorsque les personnes ordinaires perdent leurs maisons à travers le processus de la loi, elles deviennent plus dociles et peuvent plus facilement être dirigées grâce au bras fort du gouvernement représenté par les principaux acteurs financiers et par une puissance centrale due aux richesses. Ces vérités sont bien connues de nos principaux intervenants qui s’appliquent désormais à créer un impérialisme permettant de gouverner le monde. En divisant les votants grâce au système de parti politique, nous les manipulons afin qu’ils dépensent toute leur énergie pour des problèmes n’ayant aucune importance. C’est donc grâce à une action discrète que nous garantirons la pérennité de ce que nous avons si bien planifié et accompli.

Wright Patman,
membre démocrate du Congrès, 1928-1976
président du comité de la Banque et de la Monnaie 1963-1975
Je n’ai jamais vu personne ayant pu, avec logique et rationalité, justifier que le gouvernement fédéral emprunte pour utiliser son propre argent… Je pense que le temps viendra où les gens demanderont que cela soit changé. Je pense que le temps viendra dans ce pays où ils viendront nous accuser, vous, moi, et toute personne liée au Congrès, d’être resté assis sans rien faire et d’avoir permis à un système aussi stupide d’être perpétué.

Graham F. Towers
gouverneur de la Banque du Canada 1934-54
Chaque fois qu’une banque fait un prêt, un nouveau crédit bancaire est créé. De l’argent tout neuf.

Publié dans Citations | Laisser un commentaire

Les frais de gestion de compte en France

En matière de tarifs, les banques ont la main lourde et l’imagination fertile. L’analyse des rapports annuels de douze grandes banques montre que 40 % des revenus de l’activité de détail, celle principalement consacrée aux particuliers, sont issus des frais perçus à travers les commissions prélevées pour la gestion des comptes de leurs clients. Depuis 2001, elles ont progressé 1,7 fois plus vite que le produit intérieur brut (PIB), la richesse du pays, avec une nette accélération ces trois dernières années. Rien que pour 2009, les frais pour gestion de compte (facturation des moyens de paiement, cotisation pour la carte bancaire, commissions pour incidents de paiement) ont rapporté 15 milliards d’euros ! Soit plus que le CA de Renault en France. De nombreux services, encore gratuits il y a cinq ans, sont aujourd’hui payants, à des coûts prohibitifs, sans commune mesure avec leur prix de revient. Le particulier qui souhaiterait comparer les tarifs des douze banques étudiées devrait compulser pas moins de 290 pages et 3 639 tarifs, aux libellés souvent incompréhensibles. Le prix des « packages », ces paniers de services soi-disant avantageux que les banques imposent, ont augmenté de 12,2 % en cinq ans contre 8 % pour l’inflation. Cette envolée tarifaire s’est aussi concentrée sur les frais de sanction. Ces pénalités appliquées sur les incidents de paiement et les découverts non autorisés ont augmenté de 28 %, enfonçant les clients fragiles encore plus dans leurs difficultés.

Publié dans Uncategorized | Laisser un commentaire